roulette-dependance-casino

Comment j’ai fini par me faire bannir d’un casino

Je suis comme qui dirait un accro aux jeux d’argent. J’ai longtemps vogué d’un casino à l’autre, dans le but de trouver un établissement qui me convienne réellement. Au bout de quelques mois d’errance, j’avais fini par trouver un espace de jeu où les machines semblaient faites pour moi. Je n’ai pourtant pas pu y rester autant que je l’aurais voulu, puisque le site avait décidé de m’interdire son accès, car j’avais du mal à me contrôler.

Une aventure casino qui avait bien commencé

La première fois que j’entrais dans un casino, je faisais des dépôts modestes qui me permettaient de jouer juste assez pour me faire plaisir. Un bon plan, puisque je gagnais souvent, et n’avais que rarement besoin de recharger mon compte. Tout avait très bien commencé, puisque je jouais uniquement de temps à autre, empochant quelques centaines d’euros dans les bons jours. À l’époque, je ne connaissais que les machines à sous et je prenais un malin plaisir à les solliciter autant que possible. Un jour alors que je pensais cumuler la malchance, une des machines m’annonce à grand renfort de bruits que j’ai gagné 10.000 euros. Je n’avais jamais gagné une telle somme en un seul coup ! Donc imaginez ma surprise ! Suite à cette victoire, je remettais moins souvent les pieds dans les casinos, surtout parce que je manquais cruellement de temps. Impossible de m’adonner à ma passion, et les sous que j’avais gagnés si rapidement avaient très vite fondus. Retour à la case départ, avec des problèmes financiers à régler d’urgence et pas assez de temps pour trouver les sommes nécessaires autrement que par les casinos en ligne.

Entre excès de jeu et endettement

J’avais donc fini par retourner jouer dans l’espoir de remettre la main sur de l’argent facile. Mon coup semblait assuré d’avance, et je recommençais à solliciter les machines à sous avec mes dernières économies. Les choses avaient l’air de bien se présenter, puisque les petits lots à 50 euros venaient de temps à autre. Je cumulais pourtant les pertes, et commençait à m’endetter auprès de l’établissement. Trois mois, six mois, un an… je continuais à perdre l’argent que je jouais, allant jusqu’à devenir insolvable auprès du casino qui s’était pourtant proposé de m’aider. Mon addiction était telle que je proposais d’hypothéquer une maison qui était aux noms de mes enfants. Le dépassement de cette limite avait sans doute excédé le casino qui avait fini par me bannir parce que j’étais devenu incontrôlable.

arjel-addiction-jeu